Basilique en flocons

Il y a de ces endroits où on retourne toujours même si on croit qu’il n’y a plus rien d’original à en tirer, que tout a été fait. Mais on y retourne malgré ça, comme pour se tester soi-même. Ou simplement pour s’amuser.

Hier soir, malgré le ciel pas très beau, je me suis offert une nouvelle ballade nocturne dans le Vieux-Montréal avec mon trépied. Voulant profiter de groupes de touristes hivernaux (oui oui, il y en a même à 20h!), je me suis arrêté à la Place d’Armes pour tenter d’aller chercher des images de gens massés devant la Basilique Notre-Dame.

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »005″]

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »009″]

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »013″ desc= »Deux statues imbriquées dans la façade avant de la Basilique Notre-Dame vues au travers des branches d’un faux arbre sur la Place d’Armes décoré aux lumières de Noël. »]

J’ai travaillé bien sûr sur d’autres compositions dans le Vieux-Montréal, mais ma soirée fut brutalement interrompue par les éclaboussures d’un automobiliste. Toujours sympathique, surtout quand la pluie, aussi faible fut-elle, nous empêche de nettoyer le filtre de l’objectif sur place. M’enfin, ça forcera donc une autre sortie! 🙂

Retour sur le 12 du 12 du 12

En 2007, un certain New-Yorkais du nom de Brett Brownell lançait un mouvement, le Worldwide Moment. Le concept était simple, rassembler le plus de gens possible à prendre une photographie le 7 juillet 2007 à 7h07, heure de New-York.

Le mouvement a duré cinq ans pour voir sa dernière édition en 2011. Pourquoi pas 2012, fouillez-moi. Ça avait beau être la dernière du genre avant le prochain siècle, M. Brownell a tout de même décidé de ne rien faire cette année et de ne pas tenter de passer le flambeau à quelqu’un d’autre. On pourrait spéculer longtemps sur la sorte de drogue à l’origine de cette décision.

Néanmoins, ce n’est pas la folie d’un dude de New-York qui allait m’empêcher de participer au mouvement, bien qu’il soit considérablement petit cette année! C’est ainsi qu’en pleine journée de congé j’ai interrompu ma grasse matinée pour être sur le terrain à 12h12, heure de Greenwich. Avoir su que c’était en réalité sur l’heure de New York qu’il fallait se baser, j’aurais dormi plus longtemps! Mais bon, maintenant que notre ami américain a voulu tuer le mouvement, je ne me sens aucunement mal d’avoir ramené ça sur une mesure non-New-Yorko-centriste. 😉

[photo format= »650″ date= »20121212″ numero= »011″ haut= »664″ titre= »Awaye à l’école! » desc= »Une étudiante monte dans un autobus assigné au circuit 56 St-Hubert à son terminus de la station de métro Henri-Bourassa. »]

Je n’avais rien de spectaculaire en tête. Au contraire, j’avais envie de trouver un élément du quotidien afin de l’enchâsser dans cette photographie du monde entier. J’ai donc pensé aux étudiants et étudiantes qui prennent l’autobus vers le cégep Ahuntsic le matin. Trépied en main, j’avais ce qu’il fallait pour un doux filé des gens qui montent dans le véhicule. Et en prime, la photo est parfaite pour ma banque d’images!

Voilà ce qui conclue le Worldwide Moment pour ce qui est de mon passage sur Terre. Car si par miracle je suis encore en vie le 1er janvier 2101, mes 114 ans risquent de ne pas trop me permettre de m’élancer dehors avec un équipement de photographie. 😛

En espérant que vous me pardonnerez ce retard de 12 X 1,5 jours! 😉

Montréal en quête de son asphalte

Ah, comme la neige a neigé…
Ah, comme la pelle va pelleter!

Une tempête de neige, ça m’inspire à coup sûr cette citation de Rateau, le personnage de l’humoriste Jean-Michel Anctil. D’ailleurs, cet hiver, je dois les courir, les chutes de neige! Comme vous le savez sans doute, je fais partie de l’équipe de Faits et Causes, un journal web qui s’intéresse à l’aspect juridique de l’actualité. La commission Charbonneau a surtout fait parler de construction et de voirie, mais Mascouche a déblayé la voie pour que le déneigement se retrouve aussi, bientôt, sous les yeux de l’enquête publique.

Je prépare donc le terrain pour la couverture journalistique de ce sujet. Nul besoin de vous dire que la tempête de jeudi est une vraie bénédiction pour moi.

On ouvre le sujet avec une photo prise suite à une légère chute, il y a environ une semaine.

[photo format= »650″ date= »20121221″ numero= »001″ haut= »664″]

Maintenant, trois photos prises hier soir alors que je suis parti à la chasse à la souffleuse dans mon quartier. J’ai fini par en trouver une sur le boulevard Lacordaire. Pour les curieux et curieuses qui connaissent ce côté technique, les trois photos suivantes ont été prises à 6400 ISO avec un Nikon D7000.

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »021″ haut= »663″]

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »013″ haut= »662″]

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »017″ haut= »663″]

Une section « Déneigement » sera bientôt ouverte sur ma banque d’images, avis aux médias de toute envergure que ça pourrait intéresser. Entre temps, si une de ces photos vous intéresse, contactez-moi, je pourrai vous la souffler! 😉

Photographes en croisade: le Gesù

J’étais un peu en train d’oublier cette série de photos. Le 14 avril dernier, avec les membres québécois du groupe Pixelistes, j’ai fait une petite tournée des églises du centre-ville pour y observer les architectures. J’ai remis mes mains dans la chose aujourd’hui et j’ai réglé le cas de mes photos de l’Église du Gesù.

Fidèle à moi-même, j’ai oublié un morceau essentiel ce jour-là: mon trépied. Mais ma créativité s’en est bien mieux portée. Vous me pardonnerez l’effet de la sensibilité ISO élevée, j’en suis convaincu. 😉

[photo format= »650″ date= »20120414″ numero= »268″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120414″ numero= »297″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120414″ numero= »306″ haut= »664″]

D’autres photos du Gesù sont disponibles dans ma banque d’images, et d’autres églises s’y ajouteront bientôt!

Le chantier caché

En passant un peu par hasard sur un viaduc surplombant l’autoroute Ville-Marie (720), j’ai regardé vers le chantier du centre de recherche du CHUM. Malgré le grillage de la clôture anti-suicide du viaduc, je trouvais la composition intéressante. Un gros chantier de construction totalement invisible aux automobilistes qui passent en dessous, collé sur le petit édicule bien décoré de la station de métro Champ-de-Mars.

[photo date= »20120605″ format= »650″ numero= »064″ haut= »669″ titre= »Le chantier caché »]