Un One-night dans les buissons

Si vous suivez ce blogue un minimum, vous avez compris que mon dada est le photojournalisme. Mais la macrophotographie est aussi un terrain que j’aime explorer. Réunir macro et Montréal, on pense tout de suite aux Papillons en liberté au Jardin botanique, dont j’aurai bientôt quelques photos pour vous. Mais ce soir, je vous propose plutôt un regard privilégié sur un One-night dans les buissons, celui de scarabées japonais.

L’été dernier, quiconque prenait l’autobus devant l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal (HSCM) ne pouvait les manquer, ils ont littéralement envahi les buissons. Pour en savoir plus sur les ravages qu’ils font au Québec, je vous laisse les liens vers deux textes, soit un non-signé de Radio-Canada et un autre de Pierre Gingras dans La Presse.

Sans titre - Deux scarabées japonais, mâle et femelle, se reproduisent en fécondant les oeufs.
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre - Un scarabée japonais se nourrissant de feuilles.
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

En extra, je vous laisse cette photo prise avec mon téléphone cellulaire et publiée sur Instagram.

La septième patte

Une photo publiée par Pierre-Luc Daoust (@pierrelucdaoust) le

Contraste des soirs

Deux soirs consécutifs, seulement 24 heures entre chacun, mais deux ambiances complètement différentes. Alors que, vendredi soir, le superbe coucher de soleil était immortalisé par plusieurs sur les réseaux sociaux…

[photo format= »650″ date= »20130524″ numero= »089″ haut= »1000″ larg= »662″ titre= »Dodo pour Denis » desc= »Le coucher de soleil qui offre un dernier moment de lumière au Quartier Latin, sur la rue Saint-Denis »]

…samedi soir, c’était plutôt le désert, la mort, l’ennui, merci la pluie.

[photo format= »650″ date= »20130525″ numero= »012″ haut= »664″ desc= »Une terrasse fermée dans le centre-ville de Montréal »]

[photo format= »650″ date= »20130525″ numero= »009″ haut= »664″ desc= »Peu de vie autour du studio de la station de radio CIBL. Point A au point B, point barre. »]

Le contraste des soirs.

Basilique en flocons

Il y a de ces endroits où on retourne toujours même si on croit qu’il n’y a plus rien d’original à en tirer, que tout a été fait. Mais on y retourne malgré ça, comme pour se tester soi-même. Ou simplement pour s’amuser.

Hier soir, malgré le ciel pas très beau, je me suis offert une nouvelle ballade nocturne dans le Vieux-Montréal avec mon trépied. Voulant profiter de groupes de touristes hivernaux (oui oui, il y en a même à 20h!), je me suis arrêté à la Place d’Armes pour tenter d’aller chercher des images de gens massés devant la Basilique Notre-Dame.

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »005″]

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »009″]

[photo format= »650″ date= »20130104″ haut= »664″ numero= »013″ desc= »Deux statues imbriquées dans la façade avant de la Basilique Notre-Dame vues au travers des branches d’un faux arbre sur la Place d’Armes décoré aux lumières de Noël. »]

J’ai travaillé bien sûr sur d’autres compositions dans le Vieux-Montréal, mais ma soirée fut brutalement interrompue par les éclaboussures d’un automobiliste. Toujours sympathique, surtout quand la pluie, aussi faible fut-elle, nous empêche de nettoyer le filtre de l’objectif sur place. M’enfin, ça forcera donc une autre sortie! 🙂

Montréal en quête de son asphalte

Ah, comme la neige a neigé…
Ah, comme la pelle va pelleter!

Une tempête de neige, ça m’inspire à coup sûr cette citation de Rateau, le personnage de l’humoriste Jean-Michel Anctil. D’ailleurs, cet hiver, je dois les courir, les chutes de neige! Comme vous le savez sans doute, je fais partie de l’équipe de Faits et Causes, un journal web qui s’intéresse à l’aspect juridique de l’actualité. La commission Charbonneau a surtout fait parler de construction et de voirie, mais Mascouche a déblayé la voie pour que le déneigement se retrouve aussi, bientôt, sous les yeux de l’enquête publique.

Je prépare donc le terrain pour la couverture journalistique de ce sujet. Nul besoin de vous dire que la tempête de jeudi est une vraie bénédiction pour moi.

On ouvre le sujet avec une photo prise suite à une légère chute, il y a environ une semaine.

[photo format= »650″ date= »20121221″ numero= »001″ haut= »664″]

Maintenant, trois photos prises hier soir alors que je suis parti à la chasse à la souffleuse dans mon quartier. J’ai fini par en trouver une sur le boulevard Lacordaire. Pour les curieux et curieuses qui connaissent ce côté technique, les trois photos suivantes ont été prises à 6400 ISO avec un Nikon D7000.

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »021″ haut= »663″]

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »013″ haut= »662″]

[photo format= »650″ date= »20121228″ numero= »017″ haut= »663″]

Une section « Déneigement » sera bientôt ouverte sur ma banque d’images, avis aux médias de toute envergure que ça pourrait intéresser. Entre temps, si une de ces photos vous intéresse, contactez-moi, je pourrai vous la souffler! 😉

Les yeux dans la tempête

Le sujet du jour: la neige. Grosse tempête, nouveau record atteint pour un 27 décembre, travail de m**** effectué par la Ville de Montréal et ses arrondissements.

J’ai eu envie d’aller photographier la ville vue du belvédère du Mont-Royal dans cette tempête. Malheureusement, la partie désagréable de ma vie m’imposait de ramener mes fesses à l’hôpital où je travaille (car, non, je ne vis pas encore de la photographie), bien que la tentation fut forte d’imiter les nombreux collègues qui ont fait l’hôpital buissonnier en raison de l’état des routes.

Mais ce n’est certainement pas le travail qui allait m’empêcher de prendre des photos! Je suis sorti lors d’une pause et de mon heure de repas pour profiter de la tempête. La chute de neige était tellement dense qu’elle pouvait rendre l’hôpital invisible! On y va.

[photo format= »650″ date= »20121227″ numero= »001″ haut= »662″ desc= »L’hôpital complètement masqué par la tempête »]

[photo format= »650″ date= »20121227″ numero= »011″ haut= »662″ titre= »Temps supplémentaire obligatoire » desc= »Des gens attendent un autobus qui tarde à venir, les pieds sur un trottoir bien enseveli par la neige. »]

[photo format= »650″ date= »20121227″ numero= »013″ haut= »662″ desc= »Pas de trottoir? On prend la rue. »]

Comme quoi la photographie trouve toujours son chemin! 🙂