Le mur que vous ne voulez pas frapper

Si vous avez circulé près du Square Victoria dans les derniers mois, vous avez sans doute vu les vieux bâtiments commerciaux démolis au profit d’un projet de condominiums. Ce que j’ignorais jusqu’à aujourd’hui, c’est qu’une façade a été conservée. Et de la voir se tenir debout, seule entre la rue de la Gauchetière et le chantier, aidée par une imposante structure d’acier, c’est impressionnant.

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »282″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »305″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »285″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »303″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »306″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »307″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120424″ numero= »322″ haut= »664″]

Voilà, ça fait changement des manifestations, n’est-ce pas? J’ai trouvé un article écrit par Philippe Boisvert dans le journal le Faubourg Ville-Marie où on parle du projet, si votre curiosité en demande plus.

Si vous voulez voir la façade, faites vite, il se trouvera bien un alcoolique au volant d’un camion pour aller foncer dedans et la faire tomber. … Quoi, pessimiste, moi? Meeeuuuu non. ^_^

Le manteau blanc quotidien

Puisque la neige se fait rare jusqu’à présent, voici quelques clichés pris hier soir, à l’heure du retour à la maison, alors qu’on avait droit à un peu de flocons.

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »147″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »187″ haut= »664″ titre= »Il neige dans ma tête »]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »130″ haut= »664″ titre= »Un avant-goût de la 20″]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »105″ haut= »664″]

Il ne neigeait plus quand j’ai pris ce dernier cliché, mais ce paysage à saveur infernale autour de la Tour de la Bourse était, ma foi, délicieux.

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »264″ haut= »1000″ larg= »664″ titre= »Destination: la tour de Sauron »]

Les artefacts de l’occupation

Avant de débuter ce billet, mon premier en cette année de fin du monde, je tiens à souhaiter à vous tous et toutes une excellente année 2012. Que la santé vous suive tout au long du calendrier et que vos projets se réalisent avec succès! 🙂

Vous connaissez mon amour pour la photographie urbaine. C’est donc sur ce thème que j’ai voulu amorcer mon année photographique. Destination: le Quartier International et ses environs. Quoi de mieux qu’un classique en cette journée froide. De pas en pas, mes chaussures m’ont entraîné vers le Square Victoria, où j’ai pu voir quelques vestiges d’Occupons Montréal qui ont survécu au temps qui s’écoule.

Comme pour rappeler aux passant(e)s que l’indignation demeurait bien vivante, malgré la disparition des tentes.

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »050″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »054″ haut= »664″ titre= »Négocier la paix avec l’ennemi »]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »061″ haut= »664″]

[photo format= »650″ date= »20120104″ numero= »065″ haut= »664″]

Actionnaires vs AMF… avec Amir Khadir et des indignés

Imaginez une manifestation rassemblant des militant(e)s de gauche avec des acteurs de la bourse. Ça s’est passé aujourd’hui, au Square Victoria, devant la Tour de la Bourse. Oui oui, je vous assure!

L’histoire entourant cette manifestation remonte à plus d’un an et demi. Stéphane Robert et Lorenzo D’Alesio sont alors respectivement président et chef de l’exploitation, et simple actionnaire, de la compagnie Raymor, à Boisbriand. L’entreprise est, à l’époque, une société par actions cotée en bourse, mais ses trois principaux actionnaires veulent la privatiser, c’est à dire d’en faire une entreprise à trois propriétaires, loin de la bourse. Mais pour ne pas devoir racheter les parts de tous les actionnaires minoritaires, les trois actionnaires en question ont, selon les deux personnes nommées plus haut, magouillé pour envoyer la compagnie en faillite, afin que les actions ne valent plus rien, pour ensuite la faire racheter par des complices en tant que société privée. Le tout sous l’oeil passif de l’Autorité des marchés financiers, malgré tout plein de conflits d’intérêts.

Vous ne comprenez pas trop? Ne vous en faites pas, moi aussi je m’y perds un peu. C’est pour ça que je suis photographe et non spéculateur boursier. 😛

La manifestation, qui ressemblait plus à une conférence de presse qu’à une manifestation, s’est fait en présence de MM. Robert et D’Alesio, qui ont dénoncé la non-évolution du dossier à l’AMF et réclamé une meilleure protection légale et judiciaire des petits investisseurs. Ils ont dit parler au nom de tous les actionnaires floués de Raymor, mais aussi de ceux de BioSyntech, une autre entreprise au cas nébuleux. Amir Khadir, de Québec solidaire, était aussi présent, en plus de quelques personnes d’Occupons Montréal… et de beaucoup de médias.

Donc, vous les attendez, voici les photos.

[photo format= »650″ date= »20111204″ numero= »044″ titre= »La quête » desc= »Lorenzo D’Alesio et Stéphane Robert »]

[photo format= »650″ date= »20111204″ numero= »011″ desc= »Stéphane Robert »]

[photo format= »650″ date= »20111204″ numero= »117″ titre= »Amertume » desc= »Lorenzo D’Alesio »]

[photo format= »650″ date= »20111204″ numero= »177″ desc= »L’Autorité des marchés financiers, dont les bureaux sont dans la Tour de la Bourse »]

Si l’histoire vous intéresse, je vous recommande les textes des journalistes Michel Girard (La Presse) et de Jean-François Cloutier (Argent). AJOUT: Publiés aujourd’hui, les textes de Radio-Canada et de Metro, malheureusement non-signés.

Le vide soudain

Comme une nouvelle construction, je m’étais habitué à la présence des indigné(e)s au Square Victoria. Un mois et demi d’occupation, ça a l’air de rien mais ça change les points de repère lorsqu’on passe souvent par là.

Une histoire d’encre ultra-violette utilisée par la police sur les manifestants m’a conduit à me rendre au Square Victoria hier soir pour rencontrer une militante arrêtée vendredi matin. Il n’y avait finalement pas de quoi fouetter un chat avec cette encre, mais j’ai quand même pu réaliser à quel point le secteur semble très vide, maintenant que le cocon plein de vie qu’était l’occupation n’est plus. Comme un champ de bataille déserté après la guerre. Ce vide nous raconte une histoire, même, à travers les quelques bacs de recyclage encore présents et l’odeur de produits nettoyants.

[photo date= »20111128″ format= »650″ haut= »664″ titre= »Le vide soudain » numero= »002″]

Ça fait un drôle de changement. On va se réhabituer, sans doute!