Samouraïs et racaille devant L.O.C.O. L.O.C.A.S.S.

Je suis allé voir hier soir le spectacle de Loco Locass sur la Place des festivals, dans le cadre des Francofolies. J’ai apporté mon appareil-photo, tout en me doutant qu’il y aurait bien trop de monde à mon arrivée pour que je puisse me trouver un bon angle de vue.

Ce doute fut vite confirmé, je me suis donc tenu devant la scène voisine, où le spectacle était diffusé en direct sur un écran et dans les haut-parleurs. Petite parenthèse au passage, #FAIL aux Francofolies, l’image et le son n’étaient même pas bien alignés. J’ai quand même voulu prendre une photo de la foule, question d’immortaliser un peu ce succès.

1/20 de seconde en tenant l’appareil-photo d’une main dans les airs, 3200 ISO, j’ai clairement poussé le bouchon trop loin pour mon D80. Mais malgré sa faiblesse en terme de netteté, j’aime cette photo. Elle raconte bien ce qu’elle a à raconter.

[photo format= »650″ date= »20120615″ numero= »003″ titre= »Samouraïs et racaille devant L.O.C.O. L.O.C.A.S.S. »]

Évidemment, cette photo ne se retrouvera pas dans ma banque d’images, donc si vous voulez l’utiliser, faudra que je vous l’envoie manuellement. Notez que ça ne me fera pas moins plaisir. 🙂

Photos de Mise en Demeure ou on casse tout!

Après la manifestation, les spectacles. La Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) conviait hier soir la population à deux spectacles en solidarité avec la cause étudiante: l’HAUSSEtie de show, qui réunissait des artistes connus du grand public au Metropolis, et le Show des pas d’CLASSE, au National, qui a rassemblé sur scène musicien(ne)s et conteurs de la scène alternative et militante de Montréal.

Qui dit scène militante proche des étudiants implique nécessairement que Mise en Demeure y soit! Le groupe formé en décembre 2007 fut servi au dessert, mais fut réclamé dès les premiers moments de la soirée par des « Mise en Demeure ou on casse tout! » bien nourris. Alors voici quelques clichés. Je les ajouterai très bientôt à ma banque d’images Je les ai ajoutées à ma banque d’images, pour les médias qui désireraient en utiliser.

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »645″ haut= »670″]

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »646″ haut= »670″]

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »654″ haut= »669″]

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »725″ haut= »669″]

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »679″ haut= »669″]

[photo format= »650″ date= »20120322″ numero= »708″ haut= »670″]

La balle de ping-pong et ses appareils-photos VS les Cowboys Fringants et leurs fans

Samedi soir, expérience très particulière. Les Cowboys Fringants étaient de passage au bistro Chez Maurice, à St-Lazare. C’était la première fois que j’assistais à un de leurs spectacles. Alors imaginez votre dévoué photographe, à environ un mètre et demi de la scène, à peu près devant le chanteur Karl Tremblay. Pas pire placé! Mais l’inexpérience m’a bien caché que devant les C.F., il est coutume de… trasher.

Je m’appelle Balle de ping-pong, je suis photographe.

Je ne publierai pas de photos ici pour le moment. Vous pouvez plutôt en voir sur la Rue Rezzonico, où le journaliste Philippe Rezzonico parle du spectacle. Bonne lecture! 🙂

Tes JPG n’ont rien coûté, ou comment ne pas passer pour le méchant

Mise en situation classique. Vous prenez connaissance d’un spectacle dans un café ou une petite salle et avez envie de le photographier. Vous l’avisez de votre présence et, lorsqu’il voit vos photos, les veut toutes, en haute résolution, sans aucun logo de copyright, et évidemment gratuitement. Comment réagir sans passer pour le méchant, et comment éviter de tracer le terrain en avance vers ce scénario désagréable?

Pascal, photographe et blogueur, a publié un billet sur une telle situation. Un de ses amis écrit à l’artiste pour lui demander la permission de photographier, en échange de quelques photos pour le web, mais sans trop préciser de conditions, puis invite Pascal à faire équipe avec lui. Évidemment, après coup, l’artiste leur demande le beurre, l’argent du beurre et le cul de la beurrière. Pascal demande conseil et retours d’expériences à ses camarades de la blogosphère, et je me suis lancé.

C’est sur le blogue Photoglobe, à la suite du billet L’exploitation du numérique. Cliquez ici pour lire mon commentaire!

Sous les airs de Nick Pensato

Nick Pensato et ses musiciens étaient hier soir les invités de l’arrondissement de Montréal-Nord, où ils ont joué en plein air au parc Eusèbe-Ménard.

Je découvrais les installations de ce parc pour la première fois, c’était un sacré défi de réussir mes compositions. D’abord, la très faible hauteur de la scène nous force à faire triplement attention à ne pas bloquer la vue des spectateurs. Ensuite, la présence abondante de lutrins et de pieds de micros de musiciens très compactés était un obstacle aux photos. Ça forçait à être plus observateurs.

Voici une sélection de photos de l’événement.

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »002″ desc= »Gilles Deguire, maire de l’arrondissement, a souhaité la bienvenue aux spectateurs et présenté les artistes. » haut= »669″]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »225″ haut= »669″]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »022″ haut= »664″]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »061″ haut= »762″]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »080″ haut= »922″ desc= »Nick Pensato, accordéoniste et musicien principal du groupe »]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »116″ larg= »664″ haut= »1000″]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »213″ haut= »749″ desc= »Yvon Cuillerier, violoniste invité »]

[photo date= »20110804″ dossier= »04-nick-pensato » numero= »224″ haut= »756″]