Rémy Couture et la fin d’un suspense

Samedi, à environ 18h, une saga judiciaire qui s’est étirée sur plus de trois ans a connu le premier feu vert à son dénouement. Rémy Couture, maquilleur artistique spécialisé dans l’horreur, a été acquitté par le jury des accusations de production, possession et diffusion de matériel obscène qui pesaient contre lui. Je vous laisse lire le résumé des plaidoiries par la journaliste de Faits et Causes Sarah Ismert.

J’ai été chanceux, j’ai pu assister au prononcé du verdict par le juré numéro 1 sans avoir eu à faire le pied de grue pendant les deux jours qu’on duré les délibérations. J’ai toutefois pu goûter à une bonne tasse de nervosité, puisque ce jugement aura un impact sur tous les domaines de production visuelle. Je suis content de la décision du jury, mais la tenue même de ce procès montre que cette portion du code criminel doit être précisée. Un artiste n’aurait jamais dû se retrouver en Cour criminelle pour son art. Point.

Bref, trève d’éditorial, on y va en photos.

[photo format= »650″ date= »20121222″ haut= »662″ numero= »004″]

J’ai choisi de vous montrer cette photo même si elle est imparfaite. On y voit Me Véronique Robert, qui a défendu Rémy Couture avec Me Robert Doré et M. Couture qui sortent de la salle d’un air triomphant et soulagé. Un beau moment. Une autre de mes photos, prise dans les secondes suivantes, propose une émotion encore plus belle mais la mise au point n’était vraiment pas au rendez-vous. Je vous la montrerai peut-être ici un jour. Ces corridors sombres du Palais de justice sont d’ailleurs encore une bête noire pour moi, surtout en téléobjectif. On ne lâche pas la pratique. 🙂

[photo format= »650″ date= »20121222″ haut= »663″ numero= »019″]

[photo format= »650″ date= »20121222″ haut= »663″ numero= »011″]

Certains trouveront cette photo ordinaire, personnellement j’aimais cette vue des procureur(e)s de la Couronne (ou, de leur nom moderne, procureur(e)s aux poursuites criminelles et pénales), Me Michel Pennou et Me Geneviève Dagenais, qui s’éloignent des salles d’audience avec la défaite en mains.

Voilà qui conclut pour ce dossier!