La brutalité policière au banc des accusés… sans répression

C’était la stupéfaction dans le visage des manifestantes et manifestants qui ont fait acte de présence jusqu’à la fin de la manifestation contre la brutalité policière d’hier soir. Certaines personnes exprimaient une incompréhension, d’autres même du déni. Il faut dire que le nombre d’arrestations a atteint une hauteur sans précédent pour cet événement annuel: zéro.

Un article à lire chez 99%Média! Photo en couverture par Isabelle Lévesque.

Arrestation massive mais écologique

Comme à chaque 15 mars, la manifestation organisée par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) s’est tenue vendredi soir. Enfin, a essayé de se tenir, devrais-je dire, car le SPVM l’a matée avant même son départ. Les médias de masse en ont abondamment parlé, environ 250 arrestations. Un chiffre comparable à d’autres années… sauf qu’il n’y avait qu’entre 300 et 350 participants et participantes cette année, ce qui gonfle le pourcentage considérablement.

Mon horaire m’a malheureusement empêché de me rendre à cette manifestation. Au vu du nombre d’arrestations, c’est peut-être une bonne chose, je dois dire. Mais j’étais dans le secteur alors que la police terminait son opération. Un outil bien connu des corps policiers pour procéder aux arrestations massives, c’est le panier à salade, « dictionnairement » connu sous le nom de fourgon cellulaire. Mais à Montréal (et peut-être ailleurs), la police a plutôt recours aux autobus de la Société de transport de Montréal (STM), qu’elle remplit au point de faire voyager debout des prévenus pourtant menottés. On leur souhaite de ne pas freiner sec… Mise à jour: On m’informe qu’il y avait aussi des fourgons.

Voici donc quelques images de la police qui s’affaire autour de ces autobus nolisés.

[photo format= »650″ date= »20130315″ haut= »663″ numero= »056″]

[photo format= »650″ date= »20130315″ haut= »663″ numero= »060″ titre= »Entre l’arbre et l’écorce »]

[photo format= »650″ date= »20130315″ haut= »663″ numero= »064″]

Voilà!