Nuit Debout, d’une rive à l’autre de l’Atlantique

Un mouvement fait présentement rage chez nos cousins français: Nuit Debout. Créé dans la foulée des manifestations contre la Loi Travail, il inspire les militantes et militants ailleurs dans le monde, dont ici à Montréal, à le reproduire, un peu comme lors du mouvement Occupy en 2011.

Vendredi dernier fut la quatrième soirée de la tentacule montréalaise du mouvement. Pour l’instant toujours au Square Phillips, le rassemblement prend généralement la forme d’une longue assemblée délibérante assortie de quelques activités. La mobilisation peine toutefois à prendre son envol. Alors que la soirée inaugurale du 22 avril a attiré près de 300 personnes, selon mon confrère Rick Cognyl-Fournier de 99%Média, le lendemain n’aura été saisi que par une vingtaines de personnes. Le 6 mai, on parle d’environ 80 personnes.

Le 6 mai en quelques images. À venir bientôt, avec de nombreuses autres, dans ma banque d’images.

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre - Un moment fort de la soirée, alors qu'une militante syrienne parlait de la situation dans son pays et échangeait avec les gens présents au Carré Phillips grâce à Skype.
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Une réflexion au sujet de « Nuit Debout, d’une rive à l’autre de l’Atlantique »

Laisser un commentaire