Un 1er mai aux rythmes multiples

1er mai, journée internationale des travailleurs et travailleuses. Chaque année à pareille date, Montréal est le théâtre de deux manifestations: celle des centrales syndicales et du milieu communautaire, courte et festive, ainsi que celle des groupes anticapitalistes, beaucoup plus revendicatrice et politisée.

J’ai suivi cette année celle des syndicats, partie du coin McGill College/Sherbrooke pour se terminer au Square Victoria.

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Sans titre - Denis Lemelin, président national du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

De cette manifestation en est toutefois née une autre. Peut-être un groupe ayant échappé aux arrestations de la manifestation anticapitaliste qui aurait ensuite rejoint celle des syndicats, ce n’est pas certain. Toujours est-il que la police n’a pas laissé vivre longtemps cette nouvelle marche, qu’elle a intercepté devant le Palais des congrès.

Sans titre
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Vers l'arrière
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

Fractures et factures - Un manifestant blessé lors de la mise en souricière de son groupe reçoit une contravention alors qu'il est installé dans une ambulance.
© Pierre-Luc Daoust, tous droits réservés

L’ensemble de mes photos sera bientôt disponible dans ma banque d’images.

Laisser un commentaire