Le vide soudain

Comme une nouvelle construction, je m’étais habitué à la présence des indigné(e)s au Square Victoria. Un mois et demi d’occupation, ça a l’air de rien mais ça change les points de repère lorsqu’on passe souvent par là.

Une histoire d’encre ultra-violette utilisée par la police sur les manifestants m’a conduit à me rendre au Square Victoria hier soir pour rencontrer une militante arrêtée vendredi matin. Il n’y avait finalement pas de quoi fouetter un chat avec cette encre, mais j’ai quand même pu réaliser à quel point le secteur semble très vide, maintenant que le cocon plein de vie qu’était l’occupation n’est plus. Comme un champ de bataille déserté après la guerre. Ce vide nous raconte une histoire, même, à travers les quelques bacs de recyclage encore présents et l’odeur de produits nettoyants.

[photo date= »20111128″ format= »650″ haut= »664″ titre= »Le vide soudain » numero= »002″]

Ça fait un drôle de changement. On va se réhabituer, sans doute!

Laisser un commentaire